15/10/2007

Exil

5 Lorraine 074 - Copie (2) "28 mai 1940 ! La Belgique capitule. Rendez-vous nous est donné à la borne 25 dans la direction de Bruges.

Là, nous avons pleuré ! Une armée déjà victorieuse défilait en chantant, les panzers vrombissaient. "Belgier... attention !" Il nous a fallu jeter nos armes dans le canal !

Un sous-officier pleurait, abandonnant son révolver...

"Belgier : trois par trois,  ein, zwei, drei,... compris ?" Et lamentablement, sur le côté droit de la route, nous avons marché, nous avons sué...

"Papier ! Komm, zurück nach Hause !" De ville en ville, de caserne en caserne, jamais nous n'avons eu d'Ausweis, ni de papiers.

Réveillés à coups de matraque à Braaschaet *, nous avons dû monter dans des wagons à charbon, en route vers l'inconnu du Grand Reich.

Pendant le trajet, soudain, un arrêt. Nous mourions littéralement de soif ! Alors, noircis par le charbon, nous avons couru vers un marais, et, vautrés à même le sol, nous avons pu boire.

Les sentinelles nous encadraient, l'arme au poing. Ironie du voyage au pays de  la bière... nous avions juste un peu d'eau sale pour étancher notre  soif !

Je ne m'attarderai pas sur les wagons, fermés, avec des barbelés aux lucarnes. Comment avons-nous survécu ? Mystère de coeurs, de corps de vingt ans qui voulaient lutter pour vivre !"

 Extrait de "D'un quignon de pain", Gaston Body, P.22 et 23

L'auteur est -aussi- passé par BRAASCHAET ? Cliquez ICI pour retourner dans les archives...

17:35 Écrit par dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |